14 mars 2016

LINKY REFUSE PAR DES COMMUNES A CAUSE DES ONDES EMISES

linky-fries3 copie

Le compteur électrique Linky était critiqué comme étant inutile et coûteux, il lui est désormais également reproché d’émettre des ondes électromagnétiques pour transférer ses données. Des communes n’en veulent pas chez leurs habitants. 

La polémique prend un nouveau souffle autour du déploiement du compteur Linky – le nouveau compteur électrique intelligent d’ERDF -.

Délibérations hostiles

Plusieurs communes refusent l’installation de Linky chez leurs habitants comme à Saint-Macaire (33), Larnod ou Varennes-sur-Seine (77), allant jusqu’à prendre des délibérations hostiles au nouveau compteur. Plusieurs communes ont aussi organisé des réunions d’information ou mis le sujet à l’ordre du jour du conseil municipal.

Devant cette fronde, l’association des Maires de France, via son site Maire-info.fr affirme que les Maires ne peuvent pas s’opposer juridiquement à ce déploiement notamment car les risques électromagnétiques en particulier ont déjà été évalués et que les Maires ne peuvent pas s’appuyer sur le principe que l’autorité publique ait “méconnu le principe de précaution.”

Présentation malhonnête

Maire-info.fr cite entre autres comme référence une étude réalisée par le Criirem (Centre de recherches et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques) qui conclurait également à l’innocuité des rayonnements électromagnétiques.

Reste que Pierre Le Luz, président du Crrirem estime qu’il s’agit d’une présentation très malhonnête de son étude. Car l’absence de risque indiquée par le Criirem ne concerne que la chaleur dégagée par le compteur. Or, la Criirem conseille de se tenir à au moins 2 mètres d’un compteur, et à au moins 5 mètres d’un dispositif de transmission de données pour éviter tout risque sanitaire à long terme tels que cancers ou électro-sensibilité.

La polémique n’est donc pas close. Même le président du directoire d’ERDF, Philippe Monloubou, a du annoncer qu’une nouvelle étude était en cours de réalisation par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dont les résultats sont attendus pour juin ou juillet 2016. Le président du directoire pointe qu’il y a moins de 1,5% de redus d’installation. .

Posté par Meudonnais à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,